• Au royaume du sommeil

    AU ROYAUME DU SOMMEIL… LES MOTS MAGIQUES SONT ROIS
    de Alice Gaillet-Duxin



    Sandrine, coiffeuse et chanteuse
    La reine
    Le médecin
    Le roi
    Le chevalier
    Le sorcier Sacrébouille


    Installés sur leurs trônes, le roi et la reine dorment. Sandrine, la coiffeuse essaye de couper
    les cheveux de la reine mais celle-ci remue dans son sommeil ce qui rend les choses très
    difficile…
    Sandrine : Non ! Non ! Ce n’est pas possible, si elle ne se réveille pas je vais finir par lui
    couper les cheveux de travers ! Et après, que diront les sujets de sa majesté si celle-ci a une
    coupe plus courte d’un côté que de l’autre ! MA REINE !
    La reine se réveille, le roi change de position en ronflant.
    La reine : Hein ? Quoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ?... Ah ! Sandrine c’est vous. Vous venez
    pour nous chanter une petite chanson ?
    Sandrine : Non ma reine. Vous vous rappelez, aujourd’hui nous sommes lundi et tous les
    lundis je m’occupe de rafraîchir votre coupe de cheveux, ce sont les autres jours que je chante
    pour vous…
    La reine : Bien bien… Et bien coupez moi les cheveux alors !
    Elle baille et se rendort. Sandrine a l’air désespéré. Elle essaye de finir sa coupe tout en nous
    expliquant :
    Sandrine : Cela fait maintenant deux ans que la malédiction dure. Le vil sorcier Sacrébouille
    a jeté un sort à notre roi et à sa femme quand ceux-ci ont refusé de lui accorder la main de leur
    fille. Depuis ils dorment la majorité du temps… mais ils ont promis de donner leur fille en
    mariage à celui qui les libérera de la malédiction.
    Elle remet en place les cheveux de la reine et sort. Entre le médecin du royaume. Celui-ci fait
    une piqûre au roi. Le roi se réveille aussitôt.
    Le médecin : Mon roi ? Vous êtes réveillé ?
    Le roi : Oui oui… De combien de temps disposons-nous aujourd’hui ?
    Le médecin : Dix minutes tout au plus. Je suis désolé mon roi mais je n’ai plus que très peu
    de « réveille-tout », si un preux chevalier ne nous ramène pas très vite Sacrébouille je crains
    de ne pouvoir très longtemps continuer à vous réveiller pour vos audiences du jour… mon
    roi ?... (il s’aperçoit que le roi s’est endormi)… et bien c’était les dix minutes les plus courtes de l’histoire du royaume. Je n’ai plus qu’à prévenir nos sujets qu’il n’y aura pas d’audience aujourd’hui…
    Elle va pour sortir mais entre Sandrine.
    Sandrine : Monsieur le médecin royal ?
    Le médecin : Oui Sandrine ?
    Sandrine : Heu… C'est-à-dire que c’est un peu gênant… J’aurais besoin de vos conseils pour
    soigner mes… heu…
    Le médecin : Oui ? Qui est malade ?
    Sandrine : Mes… mes tortues…
    Le médecin rit.
    Le médecin : Ma foi, je ne suis pas vétérinaire mais je vais voir ce que je peux faire…
    Ils sortent tous les deux.
    Le temps passe (le roi et la reine ronflent, parlent dans leur sommeil…)
    Le roi (dans son sommeil) : Non ! Pas les haricots !
    Sandrine et le médecin entrent en courant.
    Sandrine : Vite ! Vite docteur ! Faites-leur une piqûre à tous les deux qu’ils soient réveillés
    pour l’arrivée du chevalier.
    Le médecin fait une piqûre au roi et à la reine qui se réveillent aussitôt.
    La reine : Quoi ? Déjà mardi ?
    Le roi : Pourquoi nous réveille-t-on deux fois aujourd’hui ? Je croyais qu’il n’y avait presque
    plus de « réveille-tout ! »
    Sandrine et le médecin, ensemble : Chut ! Regardez !
    Entre le chevalier qui ramène Sacrébouille prisonnier.
    Le chevalier : Mon roi, ma reine, je vous adresse mes hommages et vous ramène ce vil
    scélérat, ce sorcier malhonnête qu’est Sacrébouille.
    La reine : Oh !
    Sacrébouille : Jamais ! Jamais vous ne me forcerez à lever la malédiction. Vous m’entendez :
    jamais !
    Le chevalier : Vous êtes sûr ?
    Sacrébouille : Certain !
    Le chevalier : Malheureusement pour vous je connais le mot magique…
    Sandrine, en chantant : Il connaît le mot magique ! Il connaît le mot magique !
    Sacrébouille, apeuré : Le mot magique ?
    Le chevalier : Oui… Et je vais vous le prouver. Voulez-vous lever la malédiction S’IL
    VOUS PLAIT !
    Sacrébouille : Non…non… Pas s’il vous plait…. Ah… Ah… Abracadabra je lève la malédiction !
    Aussitôt le roi et la reine se lève en pleine forme de leurs trônes !
    Le roi : Toi, chevalier qui nous sauva de la malédiction, je te donne ma fille en mariage ! Dès
    demain tu seras prince !
    Le chevalier, s’inclinant : merci mon roi…

    FIN